/ Loisirs / Poireau perpétuel, oseille-épinard… des légumes anciens à découvrir !

Poireau perpétuel, oseille-épinard… des légumes anciens à découvrir !

Comme beaucoup d’entre nous, vous avez peut-être toujours rêvé d’un jardin, mais sans jamais trouver le temps de vous y consacrer. Quel plaisir, pourtant, de pouvoir agrémenter ses plats de légumes maison ou d’herbes aromatiques ! Les légumes anciens sont le rêve de toutes les femmes actives, qui n’ont pas vraiment le temps de jardiner. Mais de quoi s’agit-il exactement ?

Le grand retour des légumes anciens

Tout d’abord, il faut savoir que ces variétés potagères à moitié sauvages connaissent aujourd’hui un regain d’intérêt. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit d’espèces faciles à vivre, qui ne demandent quasiment aucun entretien. Une fois en place, plus besoin de resemer chaque année, les plantes se reproduisent d’elles-mêmes. Les légumes anciens appartiennent en effet pour la plupart à la catégorie des vivaces. Vous les verrez disparaître ou entrer en sommeil en hiver et au printemps, les revoilà, pour le plus grand bonheur de nos papilles. De nombreuses herbes aromatiques sont également vivaces, comme le thym ou la sauge. Elles ne demandent souvent qu’un peu de soleil.

Quelques légumes anciens

Mais pourquoi les appelle-t-on anciens, au juste ? Parce qu’on les consommait autrefois, mais qu’ils ont été progressivement remplacés par des plantes de culture potagère, plus productives et sélectionnées pour être de qualité maraîchère. Si vous aimez les épinards, il existe au moins 3 variétés anciennes et vivaces pouvant les remplacer : le chénopode Bon Henri, tout d’abord, qui faisait, raconte-t-on, les délices du roi Henri IV, accompagné d’un peu de beurre fondu, mais aussi l’oseille-épinard et la tétragone cornue. Parmi les choux vivaces, c’est le Daubenton qui est le plus connu. Ce buisson est d’autant plus productif qu’on le coupe régulièrement. Vous trouverez aussi du poireau perpétuel, que l’on coupe et qui repousse, du céleri perpétuel, au goût fin de condiment, ainsi que la cive de Saint-Jacques, nommée ainsi car ce légume à la senteur d’oignon aurait servi aux anciens pèlerins de Compostelle à faire leur soupe.

Crédit photo ; FreeDigitalPhotos.net / anankkmlCultiver les légumes anciens

Vous ne trouverez peut-être pas ces variétés à la jardinerie du coin, bien que l’ache des montagnes, ou céleri perpétuel, commence à figurer en bonne place dans ce type de magasin. Deux solutions s’offrent à vous :
– acheter des graines, semer en godet, puis transplanter au jardin
– acheter un plant directement auprès d’une pépinière en ligne spécialisée dans les plantes rares ou anciennes (par exemple Hortiflor, Aromatiques, la Ferme de Sainte-Marthe).
Les variétés vivaces ayant tendance à être envahissantes, vous n’avez pas besoin d’acheter plusieurs plants, à moins que vous n’ayez un très grand jardin : les plantes ont toutes les chances de se reproduire et de se multiplier d’elles-mêmes.

Autres variétés anciennes

D’autres variétés anciennes ou sauvages sont elles aussi intéressantes : la rhubarbe, par exemple, ne demande que très peu de soins et promet de délicieuses tartes acidulées. Quant à l’ail des ours, vous en avez certainement entendu parler. Cette herbe sauvage au goût d’ail prononcé est l’un des ingrédients à la mode : pesto à l’ail des ours, crème à tartiner à l’ail des ours ou encore fromage de chèvre à l’ail des ours, autant d’aliments délicieux aux senteurs naturelles. Vous pouvez préférer l’ail sauvage, au goût très fin, qui est un légume perpétuel, ou l’oignon vivace, appelé encore Rocambole. Sa particularité ? Les petits oignons poussent non en terre, mais au bout de tiges. Vraiment très pratique pour la récolte ! De plus, l’ensemble de la plante est comestible.

Vous l’aurez compris : les légumes anciens sont à redécouvrir de toute urgence !

Illustration : poireaux perpétuels. Crédit photo : FreeDigitalPhotos.net / anankkml

Les commentaires sont désactivés

Commentaires sont fermés